Scannez ce QR code pour consulter la recette en ligne

Arboulastre (omelette verte) par 

Description

Omelette médiévale verte, aromatique, aux fines herbes.

Préparation :

Non végétarien !
Sans viande Sans gluten
Arboulastre (omelette verte) based on ratings.
Appétissante photo Editions Ouest-France

Partagez cette recette

Ingrédients pour 2 omelettes

  • 2 feuilles de menthe-coq (balsamite, tanecetum)
  • 1 feuille de rue (ruta graveolens - facultative)
  • 4 feuilles d’ache (céleri perpétuel)
  • 4 feuilles de tanaisie (tanacetum vulgare)
  • 4 feuilles de menthe
  • 4 feuilles de sauge
  • 5 feuilles de marjolaine
  • 6 brins de fenouil
  • 7 brins de persil
  • 2 poignées de verdures : poireaux, blettes, feuilles de violettes, épinards (ou plutôt chénopode Bon Henri), laitue ou autre salade verte et orvale (sauge sclarée)
  • 2 bourgeons de gingembre
  • 16 œufs entiers battus
  • bon fromage sec, râpé
  • 1 noix de beurre

Préparation

  1. Rincez vos herbes à l’eau froide puis égouttez-les bien avant de les ciseler finement.
  2. Broyez le gingembre au mortier en incorporant les herbes progressivement.
  3. Ajoutez les œufs battus et mélangez. Le mélange prend une belle couleur verte. Séparez en deux parts égales, pour cuire deux omelettes.
  4. Beurrez et chauffez votre poêle à feu vif. Lorsqu’elle est bien chaude, versez la première moitié d’œufs battus et tournez avec une spatule en bois. Lorsque l’omelette commence à prendre, saupoudrez la moitié du fromage sur le dessus et rabattre les bords sur le fromage pour qu’il n’attache pas à la poêle. Façonnez ainsi l’omelette ronde, carrée ou roulée, sans trop la cuire.
  5. Faites cuire de même l’autre moitié en omelette ou faites-en une quiche.
  6. Dégustez l’arboulastre chaud immédiatement ou froid.

<:info_post_scriptum:>

L’arboulastre, arbolade ou herbolade est une omelette sucrée ou salée, du Moyen Âge jusqu’à la fin du 17e siècle. L’arboulastre du Ménagier de Paris (1393) est une omelette épaisse aux herbes (ache, bettes, épinards, laitue, menthe, sauge et tanaisie, mêlés et hachés), poudrée de fromage râpé.

Arboulastre ou deux œufs : prenez du coq deux fueilles seulement, et de rue moins la moitié ou néant, car sachez qu’il est fort et amer : de l’ache, ténoisie, mente et sauge, de chascun au regard de quatre fueilles ou moins, car chascun est fort : marjolaine un petit peu plus, fenoul plus, et percil encores plus ; mais de porée, bettes, fueilles de violettes, espinars et laitues, orvale, autant de l’un comme de l’autre, tant que de tout vous aiez deux poignées largement : eslisez et lavez en eaue froide, puis les espraignez et ostez toute l’eaue, et broyez deux cloches de gingembre ; puis mettez ou mortier à deux ou à trois fois vos herbes avec le dit gingembre broyé, et broyez l’un avec l’autre. Et puis aiez seize œufs bien batus ensemble, moyeux et aubuns, et broyez et meslez au mortier avec ce que dit est, puis partez en deux, et faites deux alumelles espesses qui seront frites par la manière qui s’ensuit : premièrement vous chaufferez très bien vostre paelle à huille, beurre ou autre telle gresse que vous vouldrez, et quand elle sera bien chaude de toutes pars, et par espécial devers la queue, meslez et espendez vos œufs parmy la paelle et tournez à une palette souvent ce dessus dessoubs, puis gettez de bon fromage gratuisé pardessus ; et sachez que ce est ainsi fait pour ce qui brayeroit le frommage avec les herbes et œufz, quant l’en cuideroit frire son alumelle, le frommage qui seroit dessoubs se tendroit à la paelle ; et ainsi fait-il d’une alumelle d’œufs, qui mesle les œufs avec le frommage. Et pour ce l’en doit premièrement mettre les œufs en la paelle, et mettre le frommage dessus, et puis couvrir des bors des œufs : et autrement se prendroient à la paelle. Et quant vos herbes seront frites en la paelle, si donnez forme quarrée ou ronde à vostre arboulastre et la mangiez ne trop chaude ne trop froide.
Ménagier de Paris, 1393.

Pour varier

La recette est simple, mais demande beaucoup d’ingrédients. Selon la saison ou l’approvisionnement, différentes herbes peuvent être employées : cerfeuil, hysope, coriandre, ciboulette… Attention cependant, car certaines ont un goût très prononcé (comme la sauge et le basilic par exemple) et ne doivent être employées qu’en petites quantités pour ne pas cacher le goût des autres plantes. Vous pouvez utiliser une seule variété de plante ou plusieurs, selon votre goût. La menthe reste fortement conseillée.


Recette du domaine public partagée ici en . Cette recette nous appartient à tous et toutes. Vous pouvez donc la copier, modifier, distribuer et reproduire en toute liberté. D’après la traduction de l’abbaye de Tuffé.

Partagez vos photos !

Si vous réalisez cette recette, partagez votre photo ci-après avec votre commentaire. Et sur les Internets (Instagram, Flickr, Facebook, Twitter… bref, là où vous aimez) avec le hashtag #CuisineLibre !

Une question ? Un conseil pour améliorer cette recette ?

Les champs avec * sont obligatoires.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter une photo

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Recette partagée par :

Ménagier de Paris 15 recettes

Le Ménagier de Paris est un livre manuscrit d’économie domestique et culinaire écrit au 14e siècle. Il est attribué à un bourgeois parisien et fut écrit (...)

Voir son site