Scannez ce QR code pour consulter la recette en ligne

Treize desserts de Noël

Description

Tradition culinaire provençale riche en symboles, l’abondance des treize desserts prolonge la veillée de Noël.

Préparation :

Végétarien
Sans viande
1
Treize desserts de Noël Rated 5.00 out of 5 based on 1 ratings.
Treize desserts à Caderousse CC by jean-louis Zimmermann

Partagez cette recette

Ingrédients

  • dattes
  • fruits secs des 4 mendiants :
  • noisettes ou noix
  • figues sèches
  • amandes
  • raisins secs
  • 4 friandises maison :
  • nougat blanc (aux noisettes, pignons et pistaches)
  • nougat noir (au miel et amandes)
  • pompe à l’huile
    ou fougasse à la fleur d’oranger
  • autre friandise provençale de votre choix
  • 4 sortes fruits frais de saison :
  • pommes, poires d’hiver, verdaù (melon vert), raisin blanc…

Préparation

Dressez la table avec treize assiettes garnies de friandises posées sur une nappe blanche : douze pour les produits locaux (4 friandises, 4 mendiants, 4 fruits frais) et la treizième, exceptionnelle, remplie de dattes. Riche en symboles, leur nombre évoque les convives au repas de la Cène.

Tout d’abord, la pompe à l’huile, véritable tradition provençale, est présentée rompue, comme Jésus le fit avec le pain, et non coupée au couteau. Elle est souvent accompagnée du gibassié, plus croquant.

Tout autour, les quatre mendiants représentent les ordres mendiants, ordres religieux ayant fait vœu de pauvreté.

Les nougats représentent les deux confréries de pénitents selon certains, pour d’autres la dualité du bien et du mal, avec le nougat blanc, doux et onctueux, évoquant la pureté et le bien et le nougat noir, dur et cassant, évoquant l’impur et les forces du mal.

Des fruits frais du jardin complètent quatre autres assiettes.

Dans la treizième assiette, seul fruit exotique, des dattes, souvenir de la fuite en Égypte, symbolisent le Christ venu de l’Orient.

Ces treize desserts se dégustent au retour de la messe de minuit et restent sur la table pendant les trois jours suivants. Les convives se doivent de tous les goûter.

<:info_post_scriptum:>

Les treize desserts, présentés à la fin du « gros souper » servi lors de la veillée de Noël, font partie de la tradition provençale. On les présente tous sur la table où ils restent plusieurs jours à disposition. Ils relèvent de la tradition d’opulence commune à d’autres sociétés méditerranéennes, où il est coutume de servir en abondance des desserts, afin de montrer que l’on a de quoi passer un hiver difficile.

Boisson conseillée :

Ce buffet s’accompagne de vin cuit en référence au sang du Christ.

Pour varier

La composition des treize desserts varie selon les régions et les familles. Les plus courants sont les dattes, les quatre mendiants, le nougat noir et le nougat blanc, la pompe à l’huile ou bien la fougasse à la fleur d’oranger de Grasse ou d’Aigues-Mortes, les pommes, les poires, le verdaù (melon vert), les sorbes et les raisins frais.

À ces desserts, peuvent être substituées ou ajoutées des mandarines ou des oranges, des confiseries (chocolat, fruits confits, calissons), de la pâte de coing ou d’autres pâtes de fruit, des fruits confits (oranges, clémentines, melon), des bugnes, des oreillettes…

S’y ajoutent les spécialités locales comme la tourte de blette, les tartes aux noix ou à la confiture, les calissons d’Aix, les étoiles de Moustiers, les poires au vin cuit, les raisins de Saint-Jeannet…

Partagez vos photos !

Si vous réalisez cette recette, partagez votre photo ci-après avec votre commentaire. Et sur les Internets (Instagram, Flickr, Facebook, Twitter… bref, là où vous aimez) avec le hashtag #CuisineLibre !

Une question ? Un conseil pour améliorer cette recette ?

Les champs avec * sont obligatoires.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter une photo

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom